C’est au cours du règne du pharaon Mineptah (1224-1214 avant J.C) qu’eut lieu la grande invasion de l’Egypte Pharaonique par les Amazighs

menés par l’Amazigh Meghiey, fils de Ded, de la tribu des Lebu. Les guerriers, au nombre de 25.000, pénétrèrent par la mer et le désert l’Egypte affolée jeta toutes ses forces dans la bataille qui a eu lieu dans le delta du Nil. Les coalisés, vaincus, laissèrent sur le champ de bataille 8500 morts et 900 prisonniers. Meghiey dut s’enfuir avec sa famille, abandonnant tous ses biens. L’Amazigh ne se reconnait pas vaincu pour autant et ramses III (1200 av jc) finit par etre certain que l’Amazigh a l’intention definitive de s’emparer du pays! Ramsès III (1198-1166 avant J.C) Il mobilisa ses troupes et lui livra bataille. L’armée Amazigh etait conduite par Mesher, fils de Kaper et la guerre dura six moi . C’est la premiere fois que l’Amazigh a pu planifier une guerre a base de dizaines de milliers de soldats et sur une longue periode (6 mois) La guerre se solda de nouveaux par la defaite de l’Amazigh et de leurs alliés. Une fois de plus l’Egypte échappa à l’Amazighisation !dommage. Mais l’Amazigh n’a pas joué sa dernière carte. Malgré ces défaites, les infiltrations Amazigh se poursuivirent durant plusieurs siècles. L’Amazigh reconnaissant son impuissance militaire deant la puissance des pharaons; utilisa d’autres methodes dont le harcèlement et l’intrusion deshonorante Finalemnt en 945 avant J .C, un membre de la tribu Mashawash s’imposa pharaon, sous le nom de Sheshonq 1er, fondant ainsi la la première dynastie Amazigh d’Egypte. Sheshonq avait utilisé des stratégies nouvelles et des approches peu orthodoxes lui permettant de mettre a genou les armées égyptiennes et avait même envahi la Palestine. La Bible l’a mentionné sous le nom de Sesac, et rapporte qu’il avait écrasé les troupes du roi de Judée Roboam et pillé les trésors du temple de Salomon à Jérusalem. Mais l’Amazigh n’avait rien contre le culte Juif aussi il a laissé le temple intact, detruit plus tard par Nabushodonozor vers 686 av jc. Des fresques du mur nord du temple d’Ammon, à Karnak, célèbrent cette éclatante victoire du souverain Amazigh qui compte parmi les pages les plus prestigieuses de l’histoire de l’Egypte. D’autres rois succédèrent à Sheshonq, tel Osorkon II qui régna de 874 à 850 avant J.C et dont lès exploits guerriers sont rapportés par les chroniques égyptiennes. Osorkon fut également un souverain éclairé, dont le règne fut parmi les plus brillants des dynasties Amazigh d’Egypte. Des reines Amazigh sont également mentionnées, à l’exemple de Karomama dont la statuette d’or, aujourd’hui conservée au Musée du Louvre, compte parmi les chefs-d’oeuvre de l’art égyptien. Des Libyens occupèrent aussi de hautes charges sacerdotales. On cite, entre autres, Nitocris, qui portait le titre prestigieux d’épouse d’Ammon, fille du pharaon Psammétique 1er qui régna de 664 à 610 avant J.C.